Judges 5

En ce jour-là Débora chanta ce cantique avec Barak, fils d'Abinoam :

Que les chefs aient donné le signal,

Que le peuple se soit volontairement levé,

Bénissez-en l'Eternel !

Ecoutez, rois, prêtez l'oreille, princes !

Moi, à l'Eternel, moi, je chanterai un cantique,

Je psalmodierai à l'Eternel, Dieu d'Israël.

Eternel, lorsque tu sortais de Séir,

Lorsque tu t'avançais des campagnes d'Edom,

La terre trembla, les cieux mêmes se fondirent,

Les nuées même se fondirent en eau.

Devant l'Eternel s'ébranlèrent les montagnes,

Ce Sinaï, devant l'Eternel, Dieu d'Israël.

Aux jours de Samoar, fils d'Anath,

Aux jours de Jaël, les routes étaient abandonnées,

Et les voyageurs prenaient des sentiers détournés.

Le gouvernement manquait en Israël ; il manquait,

Jusqu'à ce que je me sois levée, moi, Débora,

Levée, une mère en Israël.

On choisissait de nouveaux dieux...

Et la guerre était aux portes.

Voyait-on bouclier ou lance

Chez quarante milliers en Israël ?

Mon cœur aux conducteurs d'Israël

Qui se sont levés volontairement au sein du peuple !

Bénissez l'Eternel !

10 Vous qui montez de blanches ânesses,

Vous qui êtes assis sur des tapis

Et vous qui parcourez les chemins, chantez !

11 Par la voix des archers entre les abreuvoirs

Qu'on célèbre là les justices de l'Eternel,

Les justices de son gouvernement en Israël !

Alors le peuple de l'Eternel descendit aux portes.

12 Réveille-toi, réveille-toi, Débora !

Réveille-toi, réveille-toi ! Dis un cantique !

Lève-toi, Barak, et fais tes prisonniers, fils d'Abinoam !

13 En ce moment descends, résidu [de mon peuple]

[Pour former] un peuple autour des nobles chefs !

Eternel, descends vers moi parmi les héros !

14 D'Ephraïm vinrent ceux qui ont leur racine en Amalek.

A ta suite vint Benjamin, parmi tes troupes.

De Makir descendirent des commandants

Et de Zabulon des conducteurs avec le bâton des chefs.

15 Et les princes d'Issacar furent avec Débora,

Et Issacar fut tel que Barak.

Dans la plaine il se précipita sur ses pas.

Près des ruisseaux de Ruben,

Il y eut de grandes délibérations !

16 Pourquoi es-tu resté dans les enclos

A écouter la flûte champêtre ?

Près des ruisseaux de Ruben.

Grandes consultations !

17 Galaad est resté au-delà du Jourdain

Et Dan, pourquoi s'est-il tenu dans les navires ?

Asser est resté au bord de la mer,

Et il est demeuré dans ses ports.

18 Zabulon est un peuple qui expose son âme à la mort,

Et Nephthali de même, sur les hauteurs des campagnes.

19 Des rois vinrent, ils combattirent ;

Alors ils combattirent, les rois de Canaan,

A Thaanac, au bord des eaux de Méguiddo ;

Ils ne remportèrent pas une pièce d'argent.

20 Des cieux on combattit ;

De leurs orbites les étoiles combattirent contre Sisera ;

21 Le torrent du Kison les a charriés,

Le torrent des temps anciens, le torrent du Kison.

Mon âme, avance hardiment !

22 Alors retentirent les sabots des chevaux

Dans la fuite, la fuite de leurs guerriers.

23 Maudissez Méroz, dit l'ange de l'Eternel,

Maudissez, maudissez ses habitants !

Car ils ne vinrent pas au secours de l'Eternel,

Au secours de l'Eternel, avec les héros.

24 Bénie soit entre les femmes Jaël,

Femme de Héber, le Kénien !

Entre les femmes qui habitent sous la tente, qu'elle soit bénie !

25 Il demanda de l'eau, elle donna du lait ;

Dans la coupe d'honneur elle offrit de la crème.

26 Elle étend sa main vers le pieu,

Et la droite vers le marteau des ouvriers,

Et elle frappe Sisera, lui brise la tête,

Fracasse et transperce la tempe.

27 A ses pieds il s'affaisse, il tombe, il est étendu ;

A ses pieds il s'affaisse, il tombe ;

Là où il s'affaisse, il gît inanimé.

28 Par la fenêtre elle se penche, la mère de Sisera, et s'écrie à travers le treillis :

Qu'y a-t-il que son char tarde à venir ?

Pourquoi les pas de ses chevaux ne se font-ils pas entendre ?

29 Les plus avisées de ses dames lui répondent

(Mais elle se répète à elle-même ses propres paroles) :

30 N'ont-ils pas trouvé, ne partagent-ils pas du butin !

Une fille, deux filles pour chaque homme !

Des vêtements d'étoffe teinte pour butin à Sisera,

Des vêtements d'étoffe teinte bigarrée pour butin ;

Un vêtement d'étoffe teinte, deux vêtements d'étoffe bigarrée pour les épaules de l'épouse !

31 Qu'ainsi périssent tous tes ennemis, ô Eternel,

Et que ceux qui t'aiment soient comme le soleil

Quand il se lève en sa force !

Et le pays fut en repos quarante ans.
Copyright information for FreBBB