Sir 22

1Le paresseux ressemble à une pierre remplie d'ordure, et chacun siffle son infamie. 2Le paresseux ressemble à une boule de fiente : celui qui la ramasse secoue sa main. 3Un fils mal élevé est la honte du père qui lui a donné le jour; une fille semblable est venue au monde pour son détriment. 4Une fille prudente trouvera son mari, mais celle dont on a honte fait le chagrin de son père. 5L'effrontée fait honte à son père et à son mari; tous deux la mépriseront. 6Telle une musique dans le deuil, tel un sermon à contre-temps; mais le fouet et la correction sont en tout temps de la sagesse. 7Instruire un sot, c'est recoller un pot cassé; raconter une chose à qui n'écoute pas, c'est réveiller un homme endormi d'un profond sommeil. 8C'est parler à un homme qui dort que d'entretenir un sot; à la fin de ton discours, il dira : « Qu'est- ce? » 9Pleure sur un mort, car il est privé de lumière; pleure sur un sot, car il est privé de bon sens. Pleure doucement sur le mort, car il a trouvé le repos, mais la vie du sot est pire que la mort. 10Le deuil pour un mort dure sept jours; pour le sot et pour l'impie, il dure tous les jours de leur vie. 11Avec l'insensé n'aie pas de longs entretiens, et ne va pas avec l'homme dénué de sens. Garde-toi de lui, si tu ne veux pas avoir d'ennui, et tu ne seras pas souillé de son contact. Détourne-toi de lui et tu trouveras le repos, et tu n'auras pas à t'attrister en voyant sa sottise. 12Qu'est-ce qui est plus lourd que le plomb, et quel autre nom lui donner que celui de sot? 13Le sable, le sel, une masse de fer sont plus faciles à porter qu'un homme sans intelligence. 14Un assemblage de charpente bien lié pour un édifice ne sera pas disjoint par un tremblement de terre : ainsi le cœur fixé dans un dessein mûrement réfléchi sera sans crainte au moment critique. 15Le cœur qui s'appuie sur une pensée de sagesse est comme l'enduit mêlé de sable sur un mur poli. 16Une palissade sur une hauteur ne tient pas contre le vent : ainsi un cœur timide avec ses folles résolutions ne résistera pas à la crainte. 17Celui qui froisse un œil fait couler des larmes; celui qui froisse un cœur excite le sentiment de la douleur. 18Celui qui jette une pierre contre des oiseaux les met en fuite, et celui qui reproche un bienfait à son ami dissout l'amitié. 19As-tu tiré l'épée contre ton ami? Ne désespère pas; un retour est possible. 20As-tu ouvert la bouche contre ton ami? Sois sans crainte; la réconciliation est possible. Mais le reproche d'un bienfait, l'arrogance, la révélation d'un secret, un coup de langue perfide : cela met en fuite tous les amis. 21Reste fidèle à ton prochain dans sa pauvreté, afin que tu jouisses avec lui de sa prospérité. Reste avec lui aux jours de son épreuve, afin que tu ais part aux biens qui lui surviendront. 22Avant le feu s'élèvent la vapeur de la fournaise et la fumée; de même avant l'effusion du sang retentissent les injures. 23Je ne rougirai pas de défendre mon ami, et je ne me cacherai pas devant lui; 24et, si quelque mal m'arrive par son fait, quiconque l'apprendra se mettra en garde contre lui. 25Qui mettra une garde à ma bouche, et sur mes lèvres un sceau prudent, afin que je ne tombe pas à cause d'elles, et que ma langue ne me perde pas ! 26. 33.
Copyright information for FreCrampon