Job 16

Job reprit la parole et dit: De tels discours, j’en ai entendu beaucoup: vous êtes tous de pauvres consolateurs. Y aura-t-il une fin à ces paroles qui sonnent creux? Qu’est-ce donc qui te contraint de répliquer? Moi aussi, je pourrais parler comme vous, si seulement vous étiez à ma place; je pourrais aligner des paroles contre vous et hocher la tête à votre sujet. Je vous donnerais du réconfort avec ma bouche, et le mouvement de mes lèvres serait votre soulagement. Maintenant; si je parle, ma douleur n’en sera pas adoucie; si je m’abstiens, me lâchera-t-elle pour cela? Oui, à l’heure présente Dieu m’a exténué; tu as jeté le trouble dans tout mon entourage. Tu m’as couvert de rides qui sont autant de témoins à charge; ma maigreur elle-même me trahit et dépose contre moi. Sa fureur me déchire, me traite en ennemi; il grince des dents contre moi: mon adversaire darde sur moi ses regards. 10 Ils ouvrent contre moi une bouche béante, ils me frappent ignominieusement sur les joues: en bande ils s’attroupent autour de moi. 11 Le Tout-Puissant me livre à des écervelés; il me jette en proie aux mains des méchants. 12 Je vivais paisible, et il m’a broyé; il m’a saisi par la nuque et mis en pièces; il m’a dressé comme une cible à ses coups. 13 Ses archers me cernent de toutes parts; sans pitié il me perce les reins, répand à terre mon fiel. 14 Il ouvre en moi brèche sur brèche, il court sur moi comme un guerrier puissant. 15 J’Ai cousu un cilice sur ma peau desséchée et traîné mon front dans la poussière. 16 J’Ai le visage tout bouffi par les pleurs; une nuit noire s’étend sur mes paupières. 17 Et aucune injustice ne souille mes mains! Et ma prière a toujours été pure! 18 O terre, ne recouvre pas mon sang! Qu’aucun obstacle n’arrête mes cris! 19 Dès maintenant j’ai un témoin pour moi dans les cieux, un répondant dans les régions supérieures. 20 Mes amis se raillent de moi: c’est vers Dieu que s’élèvent mes yeux baignés de larmes, 21 pour qu’il soit lui-même arbitre entre l’homme et Dieu, entre le fils de l’homme et son semblable. 22 Car ce peu d’années vont s’écouler, et je prendrai un chemin par où je ne repasserai point.
Copyright information for FreKhan