Psalms 88

Cantique. Psaume des fils de Koré. Au chef des chantres. Sur Mahalat Leannot. Maskîl de Hêmân l’Esrahite. Eternel, Dieu de mon salut, jour et nuit je crie, et suis en ta présence. Que ma prière monte jusqu’à toi! Incline l’oreille à ma plainte. Car mon âme est rassasiée de maux, et ma vie touche au bord du Cheol. Déjà je compte parmi ceux qui sont descendus dans la fosse; je suis tel qu’un homme qui a perdu toute force, qui, abandonné parmi les morts, ressemble aux cadavres couchés dans la tombe, dont tu ne gardes plus aucun souvenir, et qui sont retranchés de ta main. Tu m’as plongé dans un gouffre profond, en pleines ténèbres, dans les abîmes. Sur moi tu fais peser ta colère, s’écrouler toutes tes vagues. Sélah! Tu as éloigné de moi mes intimes; tu me présentes à eux comme un objet d’horreur: je suis séquestré et ne puis m’évader. 10 Mes yeux se consument de misère; chaque jour je t’invoque, Seigneur, je tends les mains vers toi. 11 Est-ce pour les morts que tu fais des miracles? Les ombres se lèveront-elles pour te louer? Sélah! 12 Célèbre-t-on ta bonté dans la tombe, ta fidélité dans le séjour de la perdition? 13 A-t-on connaissance, dans les ténèbres, de tes merveilles, de ta justice dans le pays de l’oubli? 14 Mais moi, c’est vers toi, ô Eternel, que je crie; dès le matin, ma prière va au-devant de toi. 15 Pourquoi, Seigneur, délaisses-tu mon âme, me dérobes-tu ta face? 16 Je suis pauvre et sans souffle dès l’enfance; je porte le poids de tes terreurs, je suis plein de trouble. 17 Sur moi tes colères ont passé, tes épouvantes m’ont anéanti. 18 Elles m’enveloppent sans relâche comme les flots; ensemble, elles me cernent de toutes parts. 19 Tu as éloigné de moi amis et compagnons; mes intimes sont invisibles comme les ténèbres.
Copyright information for FreKhan