Song of Solomon 3

Sur ma couche nocturne, je cherchai celui dont mon âme est éprise: je le cherchai mais ne le trouvai point. Je résolus donc de me lever, de parcourir la ville rues et places pour chercher celui dont mon âme est éprise; je l’ai cherché et ne l’ai pas trouvé. Les gardes qui font des rondes dans la ville m’ont rencontrée: "Avez-vous vu leur demandai-je celui dont mon âme est éprise?" A peine les eus-je dépassés que je trouvai celui que mon cœur aime; je le saisis et ne le lâchai point, que je ne l’eusse emmené dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m’a mise au monde. Je vous en conjure, ô filles de Jérusalem, par les biches ou les gazelles des champs: n’éveillez pas, ne provoquez pas l’amour, avant qu’il le veuille! Qu’est-ce ceci qui s’élève du désert comme des colonnes de fumée, mêlées de vapeurs de myrrhe et d’encens et de toutes les poudres du parfumeur? Voyez, c’est la litière de Salomon! Elle est entourée de soixante braves, d’entre les héros d’Israël; ils sont tous armés du glaive, experts dans les combats; chacun porte le glaive au flanc, à cause des terreurs de la nuit. Le roi Salomon s’est fait faire un palanquin en bois du Liban. 10 Les colonnes en sont d’argent, la garniture d’or, le siège de pourpre; l’intérieur en a été paré avec amour par les filles de Jérusalem. 11 Sortez et admirez, filles de Sion, le roi Salomon, orné de la couronne dont le ceignit sa mère au jour de son hyménée, au jour de la joie de son cœur.
Copyright information for FreKhan