Job 35

Job 35

Continuation du Discours d'Elihu sur la justice de l'homme et de Dieu.

Elihu poursuivit encore son discours, et dit : As-tu pensé rendre ta cause bonne, quand tu as dit : Ma justice est au-dessus de celle du Dieu Fort ? Si tu demandes de quoi elle te profitera, disant : Que m'en reviendra-t-il, de même que de mon péché ? Je te répondrai en ces termes, et à tes amis qui sont avec toi. Regarde les cieux, et les contemple ; vois les nuées, elles sont plus hautes que toi. Si tu pèches, quel mal fais-tu à Dieu ? et quand tes péchés se multiplieront, quel mal en recevra-t-il ? Si tu es juste, que lui donnes-tu ? et qu'est-ce qu'il reçoit de ta main ? C'est à un homme, comme tu es, que ta méchanceté peut nuire ; et c'est au fils d'un homme que ta justice peut être utile. On fait crier les opprimés par la grandeur des maux qu'on leur fait ; ils crient à cause de la violence des grands. 10 Et on ne dit point : où est le Dieu qui m'a fait, et qui donne de quoi chanter pendant la nuit ; 11 Qui nous rend plus éclairés que les animaux de la terre, et plus intelligents que les oiseaux des cieux ? 12 On crie donc à cause de la fierté des méchants ; mais Dieu ne les exauce point. 13 Cependant tu ne dois pas dire que ce soit en vain ; que le Dieu Fort n'écoute point, et que le Tout-puissant n'y a nul égard. 14 Encore moins lui dois-tu dire ; tu ne le vois point ; car le jugement est devant lui ; attends-le donc. 15 Mais maintenant, ce n'est rien ce que sa colère exécute, et il n'est point entré fort avant en connaissance de toutes les choses que tu as faites. 16 Job donc a ouvert sans raison sa bouche pour se plaindre, et il a entassé paroles sur paroles, sans connaissance.
Copyright information for FreMartin