Job 7

Job 7

Job continue à se plaindre de sa misère, et prie Dieu d'avoir pitié de son état.

N'y a-t-il pas un temps de guerre limité à l'homme sur la terre ? et ses jours ne sont-ils pas comme les jours d'un mercenaire ? Comme le serviteur soupire après l'ombre, et comme l'ouvrier attend son salaire ; Ainsi il m'a été donné pour mon partage des mois qui ne m'apportent rien ; et il m'a été assigné des nuits de travail. Si je suis couché, je dis, quand me lèverai-je ? et quand est-ce que la nuit aura achevé sa mesure ? et je suis plein d'inquiétudes jusqu'au point du jour. Ma chair est couverte de vers et de monceaux de poussière ; ma peau se crevasse, et se dissout. Mes jours ont passé plus légèrement que la navette d'un tisserand, et ils se consument sans espérance. Souviens-toi, ô Eternel ! que ma vie n'est qu'un vent, et que mon oeil ne reviendra plus voir le bien. L'oeil de ceux qui me regardent ne me verra plus ; tes yeux seront sur moi, et je ne serai plus. Comme la nuée se dissipe et s'en va, ainsi celui qui descend au sépulcre ne remontera plus. 10 Il ne reviendra plus en sa maison, et son lieu ne le reconnaîtra plus. 11 C'est pourquoi je ne retiendrai point ma bouche, je parlerai dans l'angoisse de mon esprit, je discourrai dans l'amertume de mon âme. 12 Suis-je une mer, ou une baleine, que tu mettes des gardes autour de moi ? 13 Quand je dis : Mon lit me soulagera ; le repos diminuera quelque chose de ma plainte ; 14 Alors tu m'étonnes par des songes, et tu me troubles par des visions. 15 C'est pourquoi je choisirais d'être étranglé, et de mourir, plutôt que de conserver mes os. 16 Je suis ennuyé de la vie, aussi ne vivrai-je pas toujours. Retire-toi de moi, car mes jours ne sont que vanité. 17 Qu'est-ce que de l'homme mortel que tu le regardes comme quelque chose de grand ? et que tu l'affectionnes ? 18 Et que tu le visites chaque matin ; que tu l'éprouves à tout moment ? 19 Jusqu'à quand ne te retireras-tu point de moi ? Ne me permettras-tu point d'avaler ma salive ? 20 J'ai péché ; que te ferai-je, Conservateur des hommes ? pourquoi m'as-tu mis pour t'être en butte ; et pourquoi suis-je à charge à moi-même ? 21 Et pourquoi n'ôtes-tu point mon péché, et ne fais-tu point passer mon iniquité ? car bientôt je dormirai dans la poussière ; et si tu me cherches le matin, je ne serai plus.
Copyright information for FreMartin