Acts 12

Or, ce fut en ce temps-là que le roi Hérode
Hérode Agrippa I, petit-fils d'Hérode le Grand, régna comme celui-ci sur toute la Palestine, et porta le titre de roi que l'empereur Claude lui avait rendu.
prit des mesures pour maltraiter quelques-uns des membres de l'Église.
Il fit périr Jacques
C'est l'apôtre de ce nom.
, le frère de Jean, par l'épée,
et, voyant que cela plaisait aux Juifs, il fit en outre arrêter Pierre ; (or c'étaient les jours des pains sans levain) ; l'ayant aussi fait saisir il le jeta en prison, en chargeant de le garder quatre escouades de quatre soldats, avec l'intention de le faire comparaître après la Pâque devant le peuple. Pierre donc était gardé dans la prison, tandis que l'Église adressait pour lui d'incessantes prières. Mais, lorsque Hérode allait le faire comparaître, Pierre se trouvait, cette nuit-là, endormi entre deux soldats ; il avait été chargé d'une double chaîne, et des gardes placés devant la porte veillaient sur la prison. Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans le cachot, et ayant frappé Pierre sur le flanc il l'éveilla en disant : « Lève-toi promptement, » et les chaînes tombèrent de ses mains. Mais l'ange lui dit : « Ceins ta ceinture et chausse tes sandales ; » c'est ce qu'il fît ; puis il lui dit : « Enveloppe-toi de ton manteau, et suis-moi, » et étant sorti il le suivit. Et il ignorait que ce qui s'était fait par l'ange fût vrai, mais il s'imaginait avoir une vision. 10 Après qu'ils eurent traversé la première et la seconde porte, ils arrivèrent à la porte de fer qui conduisait dans la ville ; elle s'ouvrit d'elle-même devant eux, et étant sortis, ils s'avancèrent dans une rue, et aussitôt l'ange le quitta. 11 Et Pierre étant revenu à lui, dit : « Maintenant je sais certainement que le Seigneur a envoyé Son ange, et qu'il m'a délivré des mains d'Hérode et de tout ce qu'attendait le peuple juif. » 12 Après s'être reconnu, il vint à la maison de Marie mère de Jean surnommé Marc
On regarde ce Marc, le même dont il est question plus loin (v. 25, Actes.13.13 ; 15.37-39) et dans les épîtres de Paul, comme celui auquel la tradition attribue la composition du second de nos Évangiles.
, où beaucoup de gens se trouvaient réunis en prière.
13 Lorsqu'il eut heurté à la porte du porche, une servante, nommé Rhode, s'avança pour écouter, 14 et, ayant reconnu la voix de Pierre, de la joie qu'elle en eut elle n'ouvrit pas le porche, et s'en vint tout courant raconter que Pierre était devant le porche. 15 Mais on lui dit : « Tu es folle. » Mais elle affirmait qu'il en était ainsi, et on dit : « C'est son ange. » 16 Cependant Pierre continuait à heurter, et ayant ouvert ils le virent et furent tout hors d'eux-mêmes ; 17 mais lui, leur ayant de la main fait signe de se taire, leur raconta comment le Seigneur l'avait tiré de la prison et il dit : « Informez-en Jacques
C'est celui qui est désigné par l'épithète de : frère du seigneur dans l'épître aux Galates. Il paraît, d'après le passage actuel et d'autres qui se trouvent plus loin (Actes.15.11 ; 21.18), qu'il occupait dans l'église de Jérusalem une position supérieure.
et les frères. » Puis étant sorti, il se rendit dans un autre lieu.
18 Cependant, quand le jour fut venu, une grande agitation s'empara des soldats qui ne savaient ce que Pierre était devenu. 19 Quant à Hérode, après l'avoir fait quérir sans pouvoir le trouver, il fit faire aux gardes leur procès et ordonna qu'on les suppliciât ; puis, ayant quitté la Judée, il séjournait à Césarée. 20 Or, il se trouvait en hostilité avec les Tyriens et les Sidoniens ; ceux-ci se rendirent ensemble auprès de lui, et, ayant gagné Blastus le chambellan du roi, ils sollicitaient la paix parce que leur pays tirait sa subsistance de celui du roi. 21 Or, au jour fixé, Hérode, revêtu de ses habits royaux, les haranguait assis dans sa tribune, 22 et le peuple s'écriait : « Voix de dieu et non d'homme ! » 23 Mais aussitôt un ange du Seigneur le frappa, pour n'avoir pas rapporté la gloire à Dieu, et il expira rongé des vers
L'historien Josèphe Antiq. Juives XIX, 8, 9) raconte que le roi Hérode Agrippa I, ayant fait célébrer des fêtes publiques en l'honneur de l'empereur, parut dans le théâtre de Césarée, vêtu d'une robe toute brochée d'argent. L'éclat de ce métal, que faisaient resplendir les rayons du soleil, frappant les spectateurs d'une admiration mêlée d'effroi, leur arracha cette exclamation : « O dieu, sois-nous propice ; si nous t'avons jusques ici respecté comme un homme, désormais nous te regarderons comme supérieur à la nature humaine. » Le roi ne repoussa point cette flatterie impie, mais la vue d'un hibou, qui vint se poser sur un des cordages du théâtre, lui inspira des pressentiments sinistres, et bientôt, saisi de douleurs d'entrailles déchirantes, il dit à ses amis : « Voici, votre dieu va cesser de vivre, et la mort va s'emparer de celui que vous appeliez immortel. Que ce destin voulu de Dieu s'accomplisse ! » Au bout de cinq jours, passés dans les mêmes souffrances, il était mort, pleuré par toute la population de Césarée.
.
24 Cependant la parole du seigneur croissait et grandissait. 25 Et Barnabas et Saul revinrent à Jérusalem, après avoir rempli leur mission, et pris avec eux Jean surnommé Marc.

Copyright information for FrePGR