Acts 23

Et Paul, fixant ses regards sur le sanhédrin, dit : « Frères, j'ai, jusques à ce jour, servi Dieu en toute bonne conscience…  » Mais le grand prêtre Ananias
Ananias avait été nommé grand prêtre vers l'an 48 de l'ère chrétienne, sous le règne de l'empereur Claude, et il paraît avoir conservé cette charge jusques à l'an 60, sous le règne de Néron ; on peut rapporter à l'an 58 la comparution de Paul devant lui.
ordonna à ceux qui se trouvaient près de lui de le frapper sur la bouche.
Alors Paul lui dit : « C'est toi que Dieu frappera, muraille recrépie ! Eh quoi ! Tu sièges pour me juger selon la loi, et tu la transgresses en ordonnant que l'on me frappe ! » Or les assistants dirent : « C'est le grand prêtre de Dieu que tu insultes. » Et Paul dit : « J'ignorais, frères, que ce fût le grand prêtre, car il est écrit : Tu ne diras pas de mal contre un chef de ton peuple.
Exode.22.8 Hébreu : Tu ne proféreras pas de malédiction contre un chef de ton peuple. — Les LXX comme le texte des Actes.
 »
Cependant, comme Paul savait que l'un des partis tenait pour les sadducéens, et l'autre pour les pharisiens, il s'écria au milieu du sanhédrin : « Frères, je suis pharisien, fils de pharisiens, c'est à cause de l'espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement. » Or, dès qu'il eut dit cela, il s'éleva une altercation entre les pharisiens et les sadducéens, et la multitude fut divisée. En effet, les sadducéens disent qu'il n'y a point de résurrection, ni d'ange, ni d'esprit, tandis que les pharisiens admettent les deux choses ; or il se fit une violente clameur, et quelques scribes du parti des pharisiens s'étant levés prenaient sa défense en disant : « Nous ne trouvons rien qui soit mal chez cet homme-là. Qui sait si ce n'est point un esprit qui lui a parlé, ou un ange ? » 10 Mais, comme il s'engageait une vive altercation, le commandant, craignant qu'ils ne missent Paul en pièces, ordonna à sa troupe de descendre et de l'arracher du milieu d'eux, pour le ramener au quartier. 11 La nuit suivante, le Seigneur étant venu à lui, dit : « Prends courage ; car de la même manière que tu as, dans Jérusalem, rendu témoignage à ma cause, de même il faut que tu rendes aussi témoignage dans Rome. » 12 Lorsque le jour eut paru, les Juifs ayant formé un complot s'engagèrent, sous peine d'anathème
C'est-à-dire en se condamnant d'avance à demeurer exclus de la communauté juive, s'ils ne remplissaient pas l'engagement qu'ils prenaient.
, à ne manger ni ne boire jusques à ce qu'ils eussent mis Paul à mort.
13 Or, ceux qui formèrent cette conjuration étaient plus de quarante, 14 lesquels, s'étant rendus auprès des grands prêtres et des anciens, dirent : « Nous nous sommes engagés, sous peine d'anathème, à ne prendre aucune nourriture jusques à ce que nous ayons mis Paul à mort ; 15 maintenant donc adressez-vous avec le sanhédrin au commandant, afin qu'il l'amène devant vous, sous prétexte que vous voulez examiner plus à fond son affaire ; quant à nous, nous sommes prêts à le tuer avant qu'il approche. » 16 Mais le fils de la sœur de Paul, ayant eu connaissance de ce guet-apens, se rendit au quartier et en informa Paul. 17 Et Paul ayant appelé un des centurions dit : « Conduis ce jeune homme auprès du commandant, car il a un rapport à lui faire. » 18 L'autre l'ayant donc pris avec lui le conduisit auprès du commandant et dit : « Le prisonnier Paul m'a fait venir pour me prier de t'amener ce jeune homme qui a quelque chose à te dire. » 19 Le commandant l'ayant pris par la main et tiré à part lui demanda : « Quel rapport as-tu à me faire ? » 20 Et il dit : « Les Juifs ont comploté de s'adresser à toi, afin que demain tu amènes Paul devant le sanhédrin, comme devant te livrer, en ce qui le concerne, à une enquête plus approfondie ; 21 n'acquiesce donc pas à leur demande, car plus de quarante d'entre eux lui dressent un guet-apens, lesquels se sont engagés, sous peine d'anathème, à ne manger ni ne boire jusques à ce qu'ils l'aient fait périr, et maintenant ils sont tout prêts, attendant ta réponse. » 22 Le commandant renvoya donc le jeune homme, après lui avoir défendu de divulguer à personne qu'il lui avait fait cette déclaration ; 23 et ayant fait venir deux des centurions, il dit : « Tenez deux cents soldats prêts à partir pour Césarée, à la troisième heure de nuit
Neuf heures du soir.
, ainsi que soixante et dix cavaliers et deux cents hommes de troupes légères, »
24 ajoutant qu'ils eussent aussi à préparer des bêtes de somme, afin de pouvoir transporter Paul en sûreté auprès de Félix le gouverneur
Antonius ou Claudius Félix était un affranchi de l'empereur Claude, qui avait été nommé par ce prince procurateur de Judée l'an 52 de l'ère chrétienne. Tacite dit de lui (Ann. XII, 54. Hist. V, 9) : « Il s'autorisait de sa grande puissance pour commettre tous les méfaits, et, par l'emploi de mesures inopportunes, il aggravait les crimes qu'il devait réprimer. Il montra l'esprit d'un esclave en se livrant, dans l'exercice du pouvoir souverain, à tous les excès de la cruauté et de la débauche. » Cf. Actes.24.24.
,
25 auquel il avait écrit une lettre dont voici le texte : 26 « Claudius Lysias au très excellent gouverneur Félix, salut ! 27 Comme cet homme, qui avait été saisi par les Juifs, était sur le point d'être mis à mort par eux, je suis intervenu avec ma troupe pour le délivrer, parce que j'avais appris qu'il était Romain ; 28 et voulant connaître le motif pour lequel ils l'accusaient, je l'ai conduit devant leur sanhédrin, 29 et j'ai reconnu qu'il était accusé sur des points relatifs à leur loi, mais qu'il n'était l'objet d'aucune imputation qui méritât la mort ou les chaînes. 30 Mais, ayant été averti qu'un guet-apens devait lui être tendu, je te l'ai immédiatement envoyé, après avoir aussi ordonné à ses accusateurs de prendre la parole contre lui devant toi. » 31 Les soldats ayant donc pris Paul avec eux, selon l'ordre qu'ils en avaient reçu, le conduisirent de nuit à Antipatris, 32 et le lendemain, ayant laissé les cavaliers poursuivre la route avec lui, ils rentrèrent au quartier. 33 Lorsque ceux-là furent arrivés à Césarée et eurent remis la lettre au gouverneur, ils lui présentèrent aussi Paul ; 34 et après avoir lu et l'avoir interrogé sur la province à laquelle il appartenait, ayant appris qu'il était de Cilicie : 35 « Je t'entendrai plus à fond, dit-il, lorsque tes accusateurs seront aussi venus ; » et il ordonna qu'on le tînt en prison dans le prétoire d'Hérode
C'était un palais jadis construit et occupé par le roi Hérode le Grand ; devenu la résidence du procurateur romain, il avait reçu par cela même le nom de prétoire, qui servait à désigner le lieu d'habitation des gouverneurs de province.
.
Copyright information for FrePGR