Isaiah 10

Malheur à ceux qui prononcent des sentences iniques, et aux écrivains qui transcrivent l'injustice, pour débouter du jugement les pauvres, et ravir leur droit aux malheureux de mon peuple, pour faire des veuves leur proie, et des orphelins leur pillage ! Et que ferez-vous au jour du châtiment et du ravage qui arrive du lointain ? Vers qui fuirez-vous pour trouver secours, et où laisserez-vous votre magnificence ? Celui qui ne fléchira pas sous le faix parmi les captifs, tombera parmi les morts. Malgré tout cela, sa colère ne cesse pas, et sa main est toujours étendue. Malheur à l'Assyrien ! Il est la verge et le bâton de ma colère, et mes vengeances sont entre ses mains. Contre une nation sacrilège je l'ai envoyé, et contre le peuple objet de mon courroux je lui ai donné mission, pour faire du pillage et enlever du butin, et pour le fouler aux pieds comme la boue des rues. Mais telle n'est point son idée, telle n'est point la pensée de son cœur ; mais en son âme il veut détruire et exterminer les peuples en foule. Car il dit : « Mes princes ne sont-ils pas tous autant de rois ? N'en fut-il pas de Calno comme de Carchemis, de Hamath comme d'Arpad, de Samarie comme de Damas ? 10 De même que ma main a atteint les empires des idoles, dont les images étaient supérieures à celles de Jérusalem et de Samarie, 11 ne saurai-je pas traiter Jérusalem et ses images, comme j'ai traité Samarie et ses idoles ? » 12 Mais, quand le Seigneur aura achevé toute son œuvre sur la montagne de Sion et à Jérusalem, je sévirai contre le fruit du cœur orgueilleux du Roi d'Assyrie, et contre l'arrogance de ses yeux hautains. 13 Car il dit : « Par la force de mon bras je l'ai fait, et par ma sagesse, car je suis intelligent ; j'ai déplacé les bornes des peuples, et pillé leurs trésors, et comme un héros j'en ai précipité de leurs trônes, 14 et ma main s'empara des biens des peuples, comme d'un nid ; comme on ramasse des œufs abandonnés, moi j'ai ramassé toute la terre, et il n'y en eut pas un qui remuât l'aile, et ouvrît la bouche et jetât un cri ! » 15 La cognée est-elle insolente envers le bûcheron qui se sert d'elle, et la scie, superbe envers celui qui la manie, comme si la verge faisait mouvoir celui qui la lève, comme si le bâton soulevait le bras ? 16 C'est pourquoi le Seigneur, le Seigneur des armées, parmi ses guerriers bien nourris enverra le dépérissement, et au milieu de sa magnificence s'allumera un incendie, comme un incendie de feu, 17 et la Lumière d'Israël deviendra un feu, et son Saint, une flamme qui embrasera et dévorera ses ronces et ses épines en un jour. 18 Et il détruira la magnificence de sa forêt et de ses campagnes, corps et âme, et il en sera comme d'un malade qui dépérit, 19 et le reste des arbres de sa forêt pourra être compté, et un enfant en écrirait le nombre. 20 Et en ce jour-là, le reste d'Israël et les survivants de la maison de Jacob cesseront de prendre pour appui leur oppresseur, et ils s'appuieront sur l'Éternel, le Saint d'Israël, avec confiance. 21 Le reste reviendra, le reste de Jacob, au Dieu tout-puissant. 22 Car ton peuple, ô Israël, fût-il comme le sable de la mer, un reste [seulement] reviendra à lui ; l'extermination est décidée, qui amènera les flots de la justice. 23 Car le Seigneur, l'Éternel des armées, exécutera la destruction et le décret dans le sein de tout le pays. 24 C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, l'Éternel des armées : O mon peuple, qui habites en Sion, ne crains point l'Assyrien ! De la verge il t'a battu, et il a levé son bâton sur toi à l'instar de l'Egypte. 25 Car, encore quelque temps, et le courroux cessera, et ma colère entreprendra leur ruine. 26 Alors l'Éternel des armées brandira sur lui le fouet, comme Il battit Madian au rocher d'Horeb, et comme de son bâton Il frappa la mer ; et Il le lèvera ainsi qu'en Egypte. 27 Et en ce jour-là son fardeau sera ôté de ton épaule, et son joug de ton col ; et la graisse fera sauter le joug. 28 Il arrive à Ajath, traverse Migron, à Michmas il laisse ses bagages ; 29 ils passent le défilé ; Géba est l'étape où ils couchent ; Rama tremble ; Gibea, ville de Saül, est en fuite. 30 Pousse des cris aigus, fille de Gallim ! prête l'oreille du côté de Laïs, pauvre Anathoth ! 31 Madmène est en fuite, et les habitants de Gébim fugitifs. 32 Encore ce jour d'arrêt à Nob, et il agite sa main contre la montagne de la fille de Sion, la colline de Jérusalem. 33 Et voici, le Seigneur, l'Éternel des armées, abat les rameaux avec épouvante ; et ceux qui s'élèvent en hauteur sont coupés, et les superbes humiliés ; 34 et l'épaisseur de la forêt est frappée avec le fer, et le Liban succombe sous le Puissant.
Copyright information for FrePGR