Job 41

Tires-tu le Léviathan
Le crocodile.
avec l'hameçon,

fais-tu passer la ligne au travers de sa langue ?

Attaches-tu la corde à son naseau,

et perces-tu sa mâchoire pour y mettre l'anneau ?

Va-t-il t'adresser beaucoup de prières,

et te parler d'une voix adoucie ?

Va-t-il faire un pacte avec toi,

pour s'engager à te servir toujours ?

Vas-tu jouer avec lui comme avec un oiseau,

et le mettre à l'attache pour tes jeunes filles ?

Entre-t-il dans le trafic de la confrérie,

et le répartit-elle entre les marchands ?

Couvres-tu sa peau de dards,

et sa tête de harpons ?

Tentes-tu de mettre la main sur lui ;

tu ne t'aviseras plus de l'attaquer.

Voici, l'espoir de l'agresseur est bientôt déçu ;

n'est-il pas terrassé à son seul aspect ?

10 Nul n'a l'audace de le provoquer :

et qui pourrait Me prendre à partie ?

11 Qui m'a prévenu, pour que j'aie à lui rendre ?

Sous le ciel entier tout est ma propriété.
12 Je ne tairai point sa structure,

ni la nature de sa force, ni la beauté de son armure.

13 Qui a pu soulever le recouvrement de sa robe,

et pénétrer entre sa double mâchoire ?

14 Qui entr'ouvrit les portes de sa face ?

Tout autour sont ses dents effroyables.

15 Des sillons sont tracés entre les boucliers de sa croupe,

retenus par un sceau qui les presse ;

16 ils sont soudés l'un à l'autre,

et l'air ne s'insinue pas dans leurs intervalles ;

17 entre eux ils sont adhérents,

et forment un masse solide, inséparable.

18 Son éternuement produit une gerbe lumineuse,

et ses yeux sont comme les paupières de l'aurore.

19 De sa gueule sortent des torches,

et des étincelles enflammées s'échappent.

20 Une fumée jaillit de ses narines,

comme d'un vaisseau qui bout, et d'une chaudière.

21 Son haleine allume les charbons,

et des flammes partent de sa bouche.

22 La force réside dans son encolure,

et devant lui la détresse tressaille.

23 Les fanons de sa chair sont adhérents,

coulés sur son corps, immobiles.

24 Son cœur a la densité de la pierre,

et la densité de la meule inférieure.

25 Se lève-t-il, les héros s'épouvantent,

et la peur les déroute.

26 Le coup qu'on lui porte, demeure sans effet ;

il brave la lance, le dard et la cuirasse.

27 Pour lui le fer est autant que de la paille,

et l'airain, que du bois vermoulu.

28 La flèche décochée ne le met pas en fuite,

et sur lui les pierres de la fronde font l'effet de la balle.

29 Pour lui la massue est autant que du chaume,

et il se rit du frémissement des traits.

30 Son ventre est muni de têts acérés ;

on dirait que sur le limon où il couche,

un traîneau à fouler a laissé son empreinte.

31 Il fait comme une chaudière bouillonner l'onde,

et donne à la mer l'aspect d'un vaisseau

où l'on broie les parfums.

32 Il laisse après lui un sillage lumineux ;

on prendrait la mer pour une blanche chevelure.

33 Sur la terre il n'a pas de maître ;

il fut créé pour être intrépide ;

34 il ose regarder toute taille élevée,

il est Roi au-dessus de tous les fiers animaux.
Copyright information for FrePGR