Job 7

L'homme ne fait-il pas sur la terre le service d'un soldat,

et ses jours ne sont-ils pas comme les jours d'un mercenaire ?

Comme l'esclave soupire après l'ombre,

et comme un journalier attend son salaire,

ainsi j'eus pour mon lot des mois de douleur,

et des nuits de tourment ont été mon partage.

Couché, je dis : Quand me lèverai-je ? la nuit finira-t-elle ?

et je m'excède d'agitations jusqu'à l'aube du jour.

Mon corps se couvre de vers et d'une croûte terreuse,

ma peau se roidit, et de nouveau suppure.

Mes jours fuient plus prompts que la navette,

ils se consument, et je suis sans espoir.
Souviens-Toi que ma vie est un souffle !

Mes yeux ne reverront plus de bonheur ;

l'œil de celui qui me voit, ne m'apercevra plus ;

Tes yeux me chercheront, et je ne serai plus.

La nuée se dissipe et s'en va :

ainsi, qui descend aux Enfers, n'en revient pas,

10 il ne rentre plus dans sa maison,

et ses lieux ne le reconnaissent plus.

11 Aussi ne mettrai-je pas un frein à ma bouche,

mais je parlerai dans l'angoisse de mon cœur,

et me plaindrai dans l'amertume de mon âme.
12 Suis-je une mer ? suis-je un dragon,

que contre moi Tu mettes une barrière ?

13 Quand je dis : Mon lit me soulagera,

ma couche portera une partie de ma peine !

14 alors tu m'effraies par des songes,

et par des visions tu m'épouvantes.

15 Aussi je préférerais suffoquer,

mourir, à conserver ma chair.

16 Je dédaigne la vie ! je ne vivrai pas toujours !…

Suspends tes coups, car mes jours sont un souffle !

17 Qu'est-ce que l'homme, pour que tu l'honores,

pour que tu prennes garde à lui,

18 que tu t'occupes de lui chaque matin,

et l'éprouves à tous les instants ?

19 Jusques à quand les yeux ne me quitteront-ils pas,

ne me laisseras-tu pas le temps d'avaler ma salive ?

20 Si j'ai péché, qu'ai-je pu te faire, observateur des hommes ?

Pourquoi me fais-tu le but de tes coups,

tellement que je suis à moi-même un fardeau ?

21 Et que ne pardonnes-tu ma faute, et ne passes-tu mon péché ?

car bientôt je dormirai dans la poudre,

et tu me chercheras, et je ne serai plus.
Copyright information for FrePGR