John 19

Alors donc Pilate fit prendre et fustiger Jésus. Et les soldats, ayant tressé une couronne avec des épines, la posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d'un manteau de pourpre, et ils venaient vers lui et disaient : « Salut, roi des Juifs ! » Et ils lui donnèrent des soufflets. Et Pilate sortit derechef et leur dit : « Voici, je vous l'amène, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime. » Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et il leur dit : « Voici l'homme. » Lors donc que les grands prêtres et leurs satellites le virent, ils s'écrièrent : « Crucifie, crucifie ! » Pilate leur dit : « Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le ; car pour moi je ne trouve pas de crime en lui. » Les Juifs lui répondirent : « Nous avons une loi, et selon la loi il doit mourir, parce qu'il s'est fait fils de Dieu. » Lors donc que Pilate eut ouï cette parole, il craignit davantage, et il rentra dans le prétoire et dit à Jésus : « D'où es-tu ? » Mais Jésus-ne lui fit pas de réponse. 10 Pilate donc lui dit : « Tu ne me parles pas ! Ne sais-tu pas que j'ai l'autorité de te relâcher, et que j'ai l'autorité de te crucifier ? » 11 Jésus lui répondit : « Tu n'aurais nulle autorité sur moi, si elle ne t'avait été donnée d'en haut ; c'est pourquoi celui qui m'a livré à toi commet un plus grand péché. » 12 Dès lors Pilate cherchait à le relâcher ; mais les Juifs s'écrièrent : « Si tu relâches celui-ci, tu n'es pas ami de l'empereur ; quiconque se fait roi se déclare contre l'empereur ! » 13 Pilate donc, quand il eut ouï ces paroles, fit sortir Jésus, et s'assit sur un tribunal dans un endroit appelé Pavé, mais en hébreu Gabbatha
Cette localité, dont il n'est pas fait ailleurs mention, était probablement située près du Prétoire sur le mont Sion (voyez Matt.27.27), et elle tirait son nom grec de sa surface recouverte d'un pavé particulier, soit en dalles, soit en mosaïque. Le nom hébreu Gabbta signifie croupe, élévation et indique que le tribunal du gouverneur s'élevait au-dessus du sol environnant.
.
14 Or c'était la préparation de la pâque
On désignait chez les Juifs par le terme de préparation le jour qui, dans les fêtes annuelles, précédait ceux qui équivalaient à des sabbats, comme le premier des sept jours de la fête de Pâque. On faisait ce jour-là les préparatifs nécessaires pour célébrer la fête du lendemain (cf. Matt.26.17-19, et plus haut Jean.13.29). Ce terme, pris au sens absolu, s'appliquait au jour qui, dans chaque semaine, précède le sabbat, et qui répond à notre vendredi ; voyez Matt.27.62 ; Marc.15.42.
; c'était environ la sixième heure
Midi.
, et il dit aux Juifs : « Voilà votre roi ! »
15 Ceux-ci s'écrièrent donc : « Fais-le mourir ! Fais-le mourir ! Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Crucifierai-je votre roi ? » 16 Les grands prêtres lui répondirent : « Nous n'avons d'autre roi que l'empereur. » Alors donc il le leur livra pour être crucifié. 17 et, portant lui-même sa croix, il sortit pour se rendre à l'endroit appelé du crâne, qui en hébreu est appelé Golgoth, 18 où ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, de droite et de gauche, et Jésus au milieu. 19 Cependant Pilate composa aussi une inscription et la fit placer sur la croix ; or elle était ainsi conçue : Jésus le nazoréen, le roi des juifs. 20 Plusieurs des Juifs lurent donc cette inscription, parce que l'endroit où fut crucifié Jésus était près de la ville, et qu'elle était écrite en hébreu, en latin et en grec. 21 Les grands prêtres des Juifs disaient donc à Pilate : « N'écris pas : Le roi des Juifs, mais qu'il a dit : Je suis roi des Juifs. » 22 Pilate répondit : « Ce que j'ai écris, je l'ai écrit. » 23 Les soldats donc, lorsqu'ils eurent crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat ; ils prirent aussi la tunique. Or la tunique était sans couture, entièrement tissée du haut en bas ; 24 ils se dirent donc entre eux : « Ne la déchirons pas, mais tirons-la au sort, à qui l'aura. » — Afin que fût accompli le passage de l'Écriture : « Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré mon habit au sort
Psaume.22.19 ; Hébreu : Ils se partagent mes vêtements, et ils tirent mon habit au sort. Septante : comme le texte de Jean.
.
 » — Les soldats firent donc ces choses,
25 tandis que, près de la croix de Jésus, se tenaient sa mère et la sœur de sa mère
Il est très-probable que la sœur de Marie mère de Jésus était Salomé femme de Zébédée et mère des apôtres Jacques et Jean. Cf. Matt.27.56 ; Marc.15.40.
, Marie femme de Clopas et Marie la Magdalène.
26 Jésus donc, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » 27 Ensuite il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et dès ce moment le disciple la prit chez lui. 28 Après cela Jésus, qui savait que tout était déjà accompli, — afin que l'Écriture fût accomplie
Ceci est une allusion à ce passage du Psaume.69.22 : « Pour apaiser ma soif, ils me donnent du vinaigre. »
, — dit : « J'ai soif. »
29 Il y avait là un vase plein de vinaigre ; on attacha donc une éponge pleine de ce vinaigre à une branche d'hysope et on l'approcha de sa bouche. 30 Lors donc que Jésus eut pris le vinaigre, il dit : « C'est accompli, » et ayant penché la tête, il rendit l'esprit. 31 Les Juifs donc (parce que c'était la préparation), afin que les corps ne demeurassent pas sur la croix pendant le sabbat (car le jour de ce sabbat était grand)
La grandeur, ou la solennité exceptionnelle de ce sabbat résultait de ce que le jour hebdomadaire consacré au repos coïncidait cette année-là avec le premier jour de la fête de Pâque, lequel avait déjà par lui-même la valeur d'un sabbat.
, les Juifs demandèrent à Pilate qu'on leur rompît les jambes et qu'on les enlevât.
32 Les soldats vinrent donc, et rompirent les jambes du premier, et celles de l'autre crucifié avec lui, 33 mais en venant à Jésus, comme ils virent qu'il était déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes ; 34 mais l'un des soldats lui perça le flanc avec une lance, et il en sortit aussitôt du sang et de l'eau. — 35 Et c'est celui qui l'a vu qui en a porté témoignage, et son témoignage est véritable, et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez ; 36 car cela est advenu afin que ce passage de l'Écriture fût accompli : « Aucun de ses os ne sera brisé
Exode.12.46 et Psaume.34.20 ; Hébreu : Vous ne devez briser aucun de ses os (de l'agneau pascal). — Il (Jahveh) préserve tous ses os (du juste) ; aucun d'eux ne sera brisé.

Septante : Vous ne briserez aucun de ses os.Il préserve ses os, aucun d'eux ne sera brisé.
.
 »
37 Et un autre passage de l'Écriture dit encore : « Ils verront celui qu'ils ont transpercé
Zacharie.12.10 ; Hébreu : Ils jettent leurs regards sur moi qu'ils ont transpercé.

Septante : Ils jetteront leurs regards sur moi, parce qu'ils m'ont insulté.
.
 »
38 Or, après cela, Joseph d'Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en cachette par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Il vint donc et enleva son corps. 39 Or Nicodème, qui était venu vers lui de nuit la première fois
Voyez Jean.3.1.
, vint aussi portant un rouleau de myrrhe et d'aloès, pesant environ cent livres.
40 Ils prirent donc le corps de Jésus, et l'enveloppèrent de bandelettes avec les parfums, selon la coutume suivie par les Juifs pour la sépulture. 41 Or il y avait dans l'endroit où il avait été crucifié un jardin, et dans le jardin un sépulcre neuf, dans lequel personne n'avait encore été déposé ; 42 ce fut donc là, à cause de la préparation des Juifs, parce que le sépulcre était proche, qu'ils déposèrent Jésus.
Copyright information for FrePGR