John 8

[Or
Jérôme, Ambroise, Augustin revendiquent toute cette péricope pour l'évangile de Jean. Mais elle est omise par AC (car il est facile de s'assurer, malgré leur mutilation en cet endroit, que les pages qui leur manquent n'offraient pas un espace suffisant pour contenir ce passage) TLXΔ, et par près de 60 mss en lettres cursives. On ne la trouve pas dans 4 mss. anc. lat. V. égm. égt. syrp. arm. goth. EΔMS l'accompagnent des signes critiques qui indiquent le doute ; quatre mss. en lettres cursives la placent dans l'évangile de Luc (21.38), un l'insère plus haut dans l'évangile de Jean (7.36), d'autres la transportent à la fin du même évangile. Elle est ignorée d'Origène, de Tertullien, de Cyprien, de Chrysostôme, de Cyrille d'Alexandrie, de Basile le Grand. Jérôme (Cont. Pelage II, 17) : « Dans l'évangile selon Jean on trouve dans plusieurs mss. tant grecs que latins la narration de la femme adultère qui fut accusée devant le Seigneur. » Euthymius (XIIme siècle. Comm. sur ce pass.) : « Il faut savoir que le morceau qui suit (c'est-à-dire le passage actuel, ou ne se trouve pas dans les mss. exacts, ou est marqué de la broche (signe de doute) ; c'est pourquoi il paraît être une intercalation et une addition ; et ce qui le prouve c'est que Chrysostôme même n'en fait absolument aucune mention. » Une scolie de Λ : « Ce qui est marqué de la broche ne se trouve pas dans quelques copies, mais il se trouve en entier dans les anciennes. » Une scolie d'un ms. en lettres cursives du Xme siècle : « Le chapitre sur la femme adultère ne se trouve pas dans la plupart des mss., et les Pères qui ont interprété l'évangile n'en font point mention, je veux dire : Jean Chrysostôme, Cyrille d'Alexandrie, Théodore de Mopsueste, et les autres. » Une scolie d'un autre ms. en lettres cursives du XIme siècle : « Le passage relatif à la femme adultère a été marqué d'astérisques (signe de doute) parce qu'on ne le trouve pas dans le plus grand nombre des mss. ; toutefois il existe dans les plus anciennes copies. » La synopse des évangiles attribuée à Athanase place cette péricope à la suite du v. 20, du ch. 8 : « ici, dit-elle, ce qui concerne la femme accusée d'adultère. » Les Constitutions apostoliques (IVme siècle) s'expriment ainsi, sans nommer l'évangile de Jean : « Les anciens amenèrent devant lui une autre pécheresse, et lui en ayant remis le jugement, ils s'en allèrent ; mais le Seigneur qui connaissait les cœurs lui ayant demandé si les anciens l'avaient condamnée, et elle ayant dit que non, il lui dit : « Va-t'en donc, moi non plus je ne te condamne pas. »
Jésus se rendit sur la montagne des Oliviers ;
mais à l'aube il vint de nouveau dans le temple, et tout le peuple venait à lui, et s'étant assis il les enseignait. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme prise en flagrant délit d'adultère, et l'ayant placée au milieu, ils lui disent : « Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d'adultère ; or, dans la loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là ; toi donc que prononces-tu ? » Or ils parlaient ainsi pour l'éprouver, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Mais comme ils persistaient à l'interroger, s'étant relevé il leur dit : « Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier la pierre. » Et s'étant baissé de nouveau il écrivait avec le doigt sur la terre. Mais eux, l'ayant entendu, et étant repris par leur conscience, ils sortirent l'un après l'autre, à commencer par les anciens jusques aux derniers, et Jésus fut laissé seul avec la femme qui était au milieu. 10 Or Jésus s'étant relevé et n'ayant vu personne que la femme lui dit : « Femme, où sont-ils ces gens qui se sont faits tes accusateurs ? Personne ne t'a-t-il condamnée ? » 11 Or elle dit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus je ne te condamne pas, va, et ne pèche plus. » ] 12 Jésus s'adressa donc derechef à eux en disant : « Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera certainement point dans les ténèbres, mais il possédera la lumière de la vie. » 13 Les pharisiens lui dirent donc : « Tu portes témoignage en ta faveur ; ton témoignage n'est pas véridique. » 14 Jésus leur répliqua : « Lors même que je porte témoignage en ma faveur, mon témoignage est véridique, parce que je sais d'où je suis venu et où je vais, mais vous, vous ne savez d'où je viens et où je vais. 15 Pour vous, vous jugez selon la chair, pour moi je ne juge personne ; 16 mais d'ailleurs si je juge, mon jugement est véritable, parce que je ne suis pas seul, mais qu'avec moi est aussi le Père qui m'a envoyé. 17 Et en outre dans votre loi il est écrit que le témoignage de deux hommes est véridique
Allusion à la prescription contenue dans le Deutéronome (Deut.19.13), d'après laquelle toute accusation exigeait pour être admise le témoignage de deux ou de trois témoins. Cf. Matt.18.16.
;
18 c'est moi qui porte témoignage en ma faveur, et le Père qui m'a envoyé porte aussi témoignage en ma faveur. » 19 Ils lui disaient donc : « Où est ton Père ? » Jésus répliqua : « Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. » 20 Il prononça ces paroles près du trésor
Voyez Marc.12.41.
, pendant qu'il enseignait dans le temple ; et personne ne le saisit, parce que son heure n'était pas encore venue.
21 Il leur dit donc derechef : « Je m'en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché ; là où moi je vais, vous, vous ne pouvez venir. » 22 Les Juifs disaient donc : « Est-ce qu'il se tuera, qu'il dit : Là où moi je vais, vous, vous ne pouvez venir ? » 23 Et il leur disait : « Pour vous, vous êtes d'en bas, mais je suis d'en haut ; vous, vous êtes de ce monde, moi, je ne suis pas de ce monde. 24 Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas que c'est moi qui le suis, vous mourrez dans vos péchés. » 25 Ils lui disaient donc : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur dit : « Cela même dont je vous parle dès le commencement. 26 J'ai beaucoup à dire et à juger à votre égard, mais Celui qui m'a envoyé est véridique, et quant à moi, ce que j'ai entendu de Lui, c'est ce dont je parle dans le monde. » 27 Ils ne comprirent pas qu'il leur parlait du Père. 28 Jésus dit donc : « Quand vous aurez élevé le fils de l'homme, alors vous connaîtrez que c'est moi qui le suis, et que je ne fais rien de mon chef, mais que je parle comme mon Père m'a enseigné, 29 et que Celui qui m'a envoyé est avec moi ; Il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui Lui plaît. » 30 Pendant qu'il parlait ainsi, plusieurs crurent en lui. 31 Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, 32 et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » 33 Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la postérité d'Abraham, et jamais nous ne fûmes esclaves de personne ; comment peux-tu dire : vous deviendrez libres ? » 34 Jésus leur répliqua : « En vérité, en vérité je vous déclare que quiconque pratique le péché est esclave du péché ; 35 or l'esclave ne demeure pas éternellement dans la famille ; le fils y demeure éternellement ; 36 si donc le fils vous délivre, vous serez réellement libres. 37 Je sais que vous êtes la postérité d'Abraham, mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne trouve pas accès parmi vous. 38 Pour moi, je parle de ce que j'ai vu auprès de mon Père ; vous donc aussi, vous faites ce que vous avez appris de votre père. » 39 Ils lui répliquèrent : « Notre père est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les œuvres d'Abraham ; 40 mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai annoncé la vérité que j'ai entendue de Dieu ; c'est ce que n'a point fait Abraham ; 41 vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes point nés d'un commerce impudique, nous n'avons qu'un seul et unique père, qui est Dieu. » 42 Jésus leur dit : « Si Dieu était votre père, vous m'aimeriez ; en effet je suis issu de Dieu et je viens de Lui, car je ne suis point venu de mon chef, mais c'est Lui qui m'a envoyé. 43 Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole ; 44 pour vous, vous êtes issus du père qui est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père ; il a été homicide dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui ; lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et en est le père. 45 Mais moi, parce que je vous dis la vérité, vous ne me croyez pas. 46 Qui d'entre vous me convainc de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? 47 Celui qui est issu de Dieu écoute les paroles de Dieu ; vous, vous ne les écoutez pas, parce que vous n'êtes pas issus de Dieu. » 48 Les Juifs lui répliquèrent : « N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ? » 49 Jésus répliqua : « Pour moi, je n'ai pas de démon, mais j'honore mon Père, et vous, vous me déshonorez ; 50 mais je ne recherche pas ma propre gloire ; il y en a Un qui la recherche et qui juge. 51 En vérité, en vérité je vous déclare que si quelqu'un a observé ma parole, il ne verra certainement jamais la mort. » 52 Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous reconnaissons que tu as un démon ; Abraham est mort ainsi que les prophètes, et toi tu dis : Si quelqu'un a observé ma parole, il ne verra certainement jamais la mort. 53 Est-ce que tu es plus grand que notre père Abraham, lequel est pourtant mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être ? » 54 Jésus répliqua : « Si c'est moi qui me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; c'est mon Père qui me glorifie, Lui que vous dites être votre Dieu, 55 et cependant vous ne Le connaissez pas, mais moi je Le connais ; et si je disais que je ne Le connais pas, je serais un menteur comme vous, mais je Le connais et j'observe Sa parole. 56 Abraham votre père a tressailli de joie de ce qu'il verrait ma journée, et il l'a vue, et il s'est réjoui. » 57 Les Juifs lui dirent donc : « Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! » 58 Jésus leur dit : « En vérité, en vérité je vous le déclare, avant qu'Abraham existât, je suis. » 59 Ils prirent donc des pierres pour les lui jeter ; Jésus se cacha et sortit du temple.
Copyright information for FrePGR