Lamentations 2

Quel nuage le Seigneur irrité répand autour de la fille de Sion ! Il a précipité des Cieux sur la terre la splendeur d'Israël, et au jour de sa colère Il ne s'est plus souvenu du lieu où ses pieds reposaient. Le Seigneur a ruiné sans pitié toutes les demeures de Jacob, Il a détruit dans sa fureur les forts de la fille de Juda, les a fait crouler sur le sol, a profané sa royauté et ses princes. Dans l'ardeur de son courroux, Il a abattu toutes les cornes d'Israël ; en face de l'ennemi, Il a retiré sa main, et a incendié Jacob, tel qu'un feu enflammé qui dévore de tous côtés. Il banda son arc comme un ennemi ; Il prit avec sa droite l'attitude d'un champion, et fit périr tout ce qui plaît à la vue ; sur la tente de la fille de Sion Il versa comme un feu sa colère. Le Seigneur était comme un ennemi, Il ruina Israël, ruina tous ses palais, démolit ses forts ; et Il accumula sur la fille de Juda les tourments et les tortures. Et Il saccagea comme un jardin sa clôture, Il dévasta son lieu d'assemblée ; l'Éternel fit oublier en Sion et fête et sabbat, et rejeta dans l'ardeur de sa colère le roi et le sacrificateur. Le Seigneur prit son autel en dégoût, son sanctuaire en horreur ; Il livra à la merci des mains des ennemis les murs de ses palais ; ils firent retentir leur voix dans la maison de l'Éternel, comme aux jours solennels. L'Éternel décréta la ruine des murs de la fille de Sion, étendit le cordeau, ne retira point sa main pour cesser de détruire ; et Il mit en deuil le boulevard et le mur, qui l'un et l'autre languissent attristés. Ses portes jonchent la terre, Il a détruit et rompu ses barres. Son roi et ses princes sont parmi les nations ; il n'est plus question de la Loi ; ses prophètes aussi n'obtiennent point de vision de l'Éternel. 10 Les Anciens de la fille de Sion sont assis sur la terre taciturnes, ils font voler la poussière au-dessus de leurs têtes, ils sont ceints de cilices ; les vierges de Jérusalem laissent retomber leurs têtes vers la terre. 11 Mes yeux s'éteignent à force de larmes, mes entrailles bouillonnent ; au désastre de la fille de mon peuple ma bile s'épanche sur la terre, lorsque dans les rues de la ville tombent inanimés les enfants et ceux qu'on allaite ; 12 ils disent à leurs mères : « Où [avez-vous] du pain et du vin ? » tandis qu'ils défaillent comme des blessés dans les rues de la ville, et qu'ils rendent l'âme sur le sein de leurs mères. 13 Que te dire ? à quoi te comparer, fille de Jérusalem ? A quoi t'assimiler pour que je te console, Vierge, fille de Sion ? Car ta plaie est grande comme la mer : qui saurait te guérir ? 14 Tes prophètes t'ont donné comme visions le mensonge et la fausseté, et ils ne t'ont point dévoilé ton crime, pour détourner de toi la captivité ; ils t'ont donné comme visions les oracles de la vanité et de l'erreur. 15 Tous les passants t'adressent des battements de mains ; ils sifflent et hochent la tête à propos de la fille de Jérusalem : « Est-ce là cette ville qu'on appelait perfection de beauté, délices de toute la terre ? » 16 Contre toi tous tes ennemis ouvrent une large bouche ; ils sifflent et grincent des dents, ils disent : « Nous avons saccagé ! Oui, c'est la journée que nous attendions ! nous l'avons atteinte, nous la voyons ! » 17 L'Éternel a exécuté ce qu'il avait résolu, accompli la parole qu'il avait arrêtée dès les jours d'autrefois, Il a détruit sans miséricorde ; et Il t'a fait réjouir ton ennemi, Il a élevé la corne de tes adversaires. 18 Leur cœur pousse ses cris vers le Seigneur. O muraille de la fille de Sion ! laisse tomber tes larmes comme un torrent le jour et la nuit, ne t'accorde aucun relâche, que ta paupière ne se repose pas ! 19 Lève-toi, gémis la nuit à l'entrée des veilles, répands ton cœur comme des eaux devant la face du Seigneur ; lève tes mains vers Lui pour [demander] la vie de tes jeunes enfants, qui dans tous les carrefours sont exténués par la faim ! 20 Vois, Éternel, et regarde ! Qui est-ce que tu as ainsi traité ? Faut-il que des femmes dévorent leur fruit, les enfants portés entre leurs bras ? Faut-il que dans le Sanctuaire du Seigneur le sacrificateur et le prophète soient égorgés ? 21 Sur le sol des rues l'adolescent et le vieillard sont étendus ; mes vierges et mes jeunes hommes sont tombés sous le glaive ; Tu as égorgé au jour de ta colère, immolé sans miséricorde. 22 Tu as convoqué contre moi, comme dans une fête solennelle, mes terreurs de toutes parts ; et au jour de la colère de l'Éternel, nul n'a échappé, ni survécu ; ceux que je portais entre mes bras, que j'élevais, mon ennemi les a massacrés.
Copyright information for FrePGR