Mark 15

Et dès le matin, les grands prêtres ayant tenu conseil avec les anciens et les scribes, et le sanhédrin tout entier, après avoir enchaîné Jésus, l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate. Et Pilate lui demanda : « Es-tu le roi des Juifs ? » Et il lui répliqua : « C'est toi qui le dis. » Et les grands prêtres portaient contre lui de nombreuses accusations. Mais Pilate l'interrogeait de nouveau, en disant : « Est-ce que tu ne réponds pas ? Vois de combien de choses ils t'accusent. » Cependant Jésus ne répliqua plus rien, en sorte que Pilate était tout émerveillé. Or il leur accordait lors d'une fête l'élargissement d'un prisonnier, celui qu'ils demandaient ; or le nommé Barabbas se trouvait enchaîné avec les séditieux qui, dans la sédition, avaient commis un meurtre. Et la foule étant montée
Cette expression s'explique par la situation de la résidence de Pilate à Jérusalem ; elle était placée dans la ville haute sur la colline de Sion (voyez Matth.27.27).
, commença à réclamer ce qu'il faisait ordinairement pour eux ;
et Pilate leur répliqua : « Voulez-vous que je vous élargisse le roi des Juifs ? » 10 Car il savait que c'était par jalousie qu'ils l'avaient livré. 11 Mais les grands prêtres soulevèrent la foule, afin qu'il leur élargît plutôt Barabbas. 12 Or Pilate prenant de nouveau la parole leur disait : « Que ferai-je donc, dites-moi, du roi des Juifs ? » 13 Et ils crièrent derechef : « Crucifie-le. » 14 Mais Pilate leur disait : « Eh ! quel mal a-t-il fait ? » Mais eux crièrent de plus belle : « Crucifie-le. » 15 Or Pilate, voulant satisfaire la foule, leur, accorda l'élargissement de Barabbas, et livra Jésus après l'avoir fait flageller, afin qu'il fût crucifié. 16 Cependant les soldats l'emmenèrent dans l'intérieur de la cour (c'est le prétoire), et ils convoquent toute la cohorte. 17 Et ils le revêtent de pourpre ; et ils le ceignent, après l'avoir tressée, d'une couronne d'épines ; 18 et ils se mirent à le saluer : « Salut, roi des Juifs ; » 19 et ils lui frappaient la tête avec un roseau, et ils crachaient sur lui, et se mettant à genoux ils l'adoraient. 20 Et lorsqu'ils l'eurent bafoué, ils le dépouillèrent de la pourpre et le revêtirent de ses vêtements. 21 Et ils l'emmenèrent pour le crucifier ; et ils mettent en réquisition, comme il passait, un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs (le père d'Alexandre et de Rufus), afin qu'il portât sa croix, 22 Et ils le conduisent à l'endroit de Golgotha (qui signifie, étant traduit, endroit du crâne). 23 Et ils lui donnaient du vin parfumé, mais lui ne le prit pas. 24 Et ils le crucifient, et ils partagent ses vêtements, en les tirant au sort pour savoir ce que chacun prendrait. 25 Or c'était la troisième heure
Neuf heures du matin.
, et ils le crucifièrent ;
26 et l'inscription de sa sentence portait les mots : Le roi des Juifs. 27 Et avec lui ils crucifièrent deux brigands, un à sa droite et un à sa gauche. [ 28 Et ce passage de l'Écriture a été accompli, qui dit : « Et il a été compté parmi les criminels » ] 29 Et les passants l'injuriaient, en branlant la tête et en disant : « Ohé ! toi qui détruis le temple et qui le rebâtis en trois jours, 30 sauve-toi toi-même en descendant de la croix ! » 31 De même aussi les grands prêtres, le bafouant entre eux avec les scribes, disaient : « Il en a sauvé d'autres, il ne peut se sauver lui-même ! 32 Que le Christ, le roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! » Et ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient. 33 Et quand la sixième heure
Midi.
fut venue, des ténèbres survinrent sur la terre entière jusques à la neuvième heure
Trois heures après-midi.
.
34 Et à la neuvième heure, Jésus s'écria en jetant un grand cri : « Eloi ! Eloi ! Lama sabaphthani
Ce mot, qui n'a aucun sens, n'est autre que le mot sabachthani estropié, lequel en langue chaldéenne signifie, tu m'as abandonné.
?
 » ce qui signifie, étant traduit : « Mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné ? »
35 Et quelques-uns des assistants l'ayant entendu, disaient : « Voyez, il appelle Élie. » 36 Mais quelqu'un étant accouru, et ayant rempli une éponge de vinaigre et l'ayant fixée à un roseau, lui donnait à boire, en disant : « Laissez, voyons si Élie vient le descendre. » 37 Mais Jésus ayant poussé un grand cri expira. 38 Et le rideau du sanctuaire se déchira en deux du haut en bas. 39 Mais le centurion, qui se tenait en face de lui, ayant vu qu'il avait expiré de la sorte, dit : « Vraiment cet homme était fils de Dieu. » 40 Or il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin, parmi lesquelles aussi Marie la Magdalène, et Marie mère de Jacques le petit, et la mère de Josès, et Salomé, 41 lesquelles, lorsqu'il était en Galilée, le suivaient et le servaient, et beaucoup d'autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem. 42 Et comme le soir était déjà venu (parce que c'était la préparation, c'est-à-dire l'avant-sabbat), 43 arriva Joseph d'Arimathée, sénateur de distinction, qui lui aussi attendait le royaume de Dieu, et il s'introduisit hardiment auprès de Pilate, et réclama le corps de Jésus. 44 Mais Pilate s'étonna qu'il fût déjà mort, et ayant fait appeler le centurion, il lui demanda si déjà il était mort ; 45 et l'ayant appris du centurion, il fit don du cadavre à Joseph. 46 Et ayant acheté un linceul, il l'enveloppa dans le linceul après l'avoir descendu, et il le déposa dans un sépulcre, qui avait été taillé dans le roc, et il roula une pierre contre l'entrée du sépulcre. 47 Or Marie la Magdalène et Marie mère de Josès regardaient où on le mettait.
Copyright information for FrePGR