Psalms 84

Au maître chantre. En githith. Cantique des fils de Coré.

Que tes demeures sont aimables, Éternel des armées !

Mon cœur se pâme, il languit après les parvis de l'Éternel ;

mon âme et ma chair crient au Dieu vivant.

Le passereau même se trouve une demeure,

et l'hirondelle un nid,

où ils déposent leur couvée,

près de tes autels, Éternel des armées,

mon Roi et mon Dieu !

Heureux les habitants de ta maison !

Ils te louent encore. (Pause)

Heureux l'homme dont tu es le soutien,

et que son cœur porte à s'acheminer vers toi !

Traversant la vallée des pleurs,

il la trouve pour lui arrosée de fontaines,

et la pluie d'automne la couvre d'abondance.

Il chemine, et ses forces augmentent :

il se présente enfin devant Dieu en Sion.

Éternel, Dieu des armées, écoute ma prière !

Prête l'oreille, Dieu de Jacob ! (Pause)

O notre bouclier, regarde, ô Dieu,

abaisse un regard sur la face de ton Oint !

10 Car mieux vaut un jour dans tes parvis, que mille autres ;

j'aime mieux me tenir au seuil de la maison de mon Dieu,

que d'habiter les tentes de l'impiété.

11 Car l'Éternel Dieu est un soleil et un bouclier,

l'Éternel donne grâce et magnificence,

ne refuse aucun bien à qui suit la droiture.

12 Éternel des armées,

heureux l'homme qui se confie en toi !

Copyright information for FrePGR