Song of Solomon 1

Cantique des cantiques, de Salomon.

Qu'il m'embrasse des baisers de sa bouche !

car tes caresses sont plus exquises que le vin.

L'huile qui te parfume a une odeur suave ;

ton nom est un parfum qui se répand ;

aussi les vierges ont pour toi de l'amour.

Entraîne-moi ! nous courrons après toi.

Le roi m'introduit dans ses appartements :

dans nos transports, de toi nous voulons nous réjouir,

célébrer ton amour plutôt que le vin ;

on a pour toi un véritable amour.

Je suis noire, mais gracieuse, filles de Jérusalem,

comme les tentes de Cédar, comme les draperies de Salomon.

Ne me considérez pas, parce que je suis noire,

parce que le soleil a lancé sur moi ses regards ;

les fils de ma mère, irrités contre moi,

m'ont réduite à garder les vignes,

et ma vigne, la mienne, je n'ai pu la garder. –

Dis-moi, ô toi qu'aime mon âme,

où tu pais tes brebis,

où tu les fais reposer à midi !

car pourquoi errerais-je éperdue

autour des troupeaux de les compagnons ? –

Si tu l'ignores, ô la plus belle des femmes,

suis seulement les traces des brebis,

et mène paître tes chevreaux

près des cabanes des bergers.
Au coursier du char de Pharaon

je te compare, ma bien-aimée.

10 Tes joues sont belles, entre les rangs [de perles],

et ton col, au milieu des colliers.

11 Nous le ferons des colliers d'or semés de points d'argent.–

12 Tandis que le roi est entouré de sa cour,

mon nard exhale son parfum.

13 Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe,

qui toujours est fixé sur mon sein.

14 Mon bien-aimé est pour moi une grappe de troène

des vignobles d'En-Gueddi. –

15 Voici, tu es belle, ma bien-aimée, tu es belle !

tes yeux sont ceux de la colombe. –

16 Voici, tu es beau, mon bien-aimé, tu es aimable aussi ;

et notre lit c'est la verdure,

17 les solives de nos maisons sont les cèdres,

et nos lambris, les cyprès.

Copyright information for FrePGR